PROTÉGER
VOS ACTIVITÉS


Entreprise ou institution, vous devez faire face à des risques toujours plus nombreux et pouvoir exploiter sereinement votre potentiel de croissance et d’influence sans que l’environnement ne mette en danger vos collaborateurs ou vos biens matériels ou immatériels. 

RENFORCER
VOS RESSOURCES & CAPACITÉS


Quels que soient votre taille ou votre domaine d’activité, vous devez pouvoir répondre à des enjeux de flexibilité et d’agilité pour satisfaire des besoins métiers spécifiques et réduire les coûts opérationnels et de fonctionnement tout en garantissant le bon niveau de qualité de service. 

CARTE DES RISQUES SECURITAIRES

riskmap.jpg

PUBLICATIONS RECENTES

Turkménistan - Trafic de stupéfiants - 6/10/2016

Niveau 3

L’arrestation de 12 narcotrafiquants a été annoncée le 4/10 par les autorités du Turkménistan, illustrant la persistance des activités de trafic, largement répandues sur le territoire, notamment concernant la drogue.
L’analyse de GEOS :
Si les autorités turkmènes n’ont pas communiqué la localisation exacte de ces arrestations, elles ont cependant précisé que 2 individus avaient été interpellés le 4/10 et que près de 8 kg d’héroïne et 40 000 pilules de Tramadol avaient été saisis. Le même jour, les forces de police ont également annoncé l’arrestation antérieure de 10 trafiquants présumés et la saisie de 20 kg d’opiacés.
En raison de sa position géographique et de sa proximité avec les pays de production du Croissant d’or (Iran, Afghanistan, Pakistan), le Turkménistan demeure en effet une voie de transit privilégiée pour l’acheminement des produits stupéfiants jusqu’aux marchés de consommation russe et européen. Les routes empruntées par les trafiquants sont principalement celle de Serhetabat et de Tagtabazar (Province de Mary, Sud-est), à la frontière afghane, en direction de Türkmenabat (Province de Lebap, Est) à la frontière avec l’Ouzbékistan, ou directement vers Türkmenbaşy (Province de Balkan, Ouest), sur la mer Caspienne.
Des arrestations sont ainsi sporadiquement signalées, notamment à la frontière avec l’Afghanistan mais également dans certains lieux de transit tel que l’aéroport d’Achgabat, lequel a par ailleurs été rénové récemment afin d’être doté de nouveaux équipements de contrôle et de sécurité dans le cadre de la lutte contre ces trafics. Depuis 2015, le gouvernement du président Gourbangouly Berdymoukhamedov a également entrepris un renforcement du dispositif de sécurité à la frontière avec l’Afghanistan, incluant notamment le déploiement de policiers et de militaires supplémentaires, ainsi qu’un projet de construction d’un mur le long des 745 km qui séparent les deux pays, où des incidents sont sporadiquement recensés. Un échange de tirs entre des gardes-frontières et un groupe de trafiquants avait à ce titre été rapporté dans cette zone dans la nuit du 4 au 5 août dernier, faisant 1 mort et 3 blessés.
Si la prolifération des groupes criminels – particulièrement des réseaux de narcotrafiquants – et le risque d’infiltration d’éléments potentiellement radicalisés concernent l’ensemble des républiques d’Asie centrale, le Turkménistan demeure particulièrement affecté compte tenu de la porosité persistante de sa frontière avec l’Afghanistan. De plus, l’attitude de neutralité adoptée par les autorités turkmènes et la nature autoritaire du régime concourent à une implication restreinte du pays dans les initiatives et mécanismes régionaux de sécurisation des frontières.
Par conséquent, en cas de présence locale et compte tenu de la situation sécuritaire régionale, il est vivement déconseillé de se rendre dans les zones frontalières de l’Afghanistan. Le cas échéant, il convient de préparer minutieusement ses déplacements et de prévoir un accompagnement sécuritaire adapté. Un accord des autorités est en outre nécessaire pour tout séjour dans les provinces du Sud du pays. Enfin, en raison de la nature autoritaire du régime turkmène, un niveau de vigilance accru en toutes circonstances est recommandé sur l’ensemble du territoire.

PLUS

Inde - Criminalité - 6/10/2016

Niveau 3

Plusieurs vols avec violence ont été commis ces dernières semaines sur le réseau ferroviaire interurbain indien, notamment dans les Etats du Karnataka (Sud-ouest) et l’Uttar Pradesh (Nord).
L’analyse de GEOS :
Un gang de voleurs armés a notamment attaqué 3 trains à l’arrêt, à proximité de la gare de Kanpur (Etat de l’Uttar Pradesh, Nord) entre 00h30 et 1h30 (locales) le 5/10. Ces incidents ont concerné des trains des lignes Gorakhpur-Lokmanya Terminal Express, Vaishali Express et Lucknow-Kanpur. Au moins 12 passagers ont été victimes de vol et au moins 5 d’entre eux ont été blessés alors qu’ils tentaient de résister à leurs agresseurs.
Une attaque similaire avait par ailleurs été rapportée la veille, sur un train de la ligne Mumbai-Nagercoil Express, entre les stations de Gulbarga et de Shahbad (Etat du Karnataka, Sud-ouest), au cours de laquelle un gang de 7 à 8 voleurs a également dérobé de l’argent et des effets personnels à environ 70 passagers. Plusieurs d’entre eux ont été légèrement blessés par les agresseurs.
Les lignes interurbaines du réseau ferroviaire indien, dont les trains circulent de jour comme de nuit, sont régulièrement la cible d’attaques de ce type, généralement menées par des gangs armés (armes à feu ou armes blanches). Ces incidents se produisent le plus fréquemment entre deux stations secondaires de la ligne concernée, tôt le matin ou tard le soir et sont favorisés par un manque de contrôle sur l’ensemble du réseau. Celui-ci, qui dispose d’un personnel de sécurité propre (la Railway Protection Force), souffre en effet d’une pénurie d’agents. Les Etats du Mahārāshtra (Centre-ouest) et de l’Uttar Pradesh (Nord) demeurent les plus affectés par cette criminalité, suivis du Madhya Pradesh (Centre), de Delhi et du Bihar (Est), alors que plusieurs milliers de vols sont rapportés chaque année au niveau national. Le National Crime Records Bureau (NCRB) a ainsi enregistré 29 686 cas de vols parmi 39 239 incidents criminels sur l’ensemble du réseau en 2015, des nombres en augmentation constante depuis 2012.
Le réseau ferroviaire indien (gares et trains) est de surcroit touché par d’autres types d’actes criminels, tels que les enlèvements (270 cas rapportés en 2015), les assassinats (247 cas en 2015) et les agressions sexuelles (73 cas en 2015). Bien que ces derniers touchent prioritairement les populations locales, en raison de la nature généralement indiscriminée du ciblage dans les cas de vol, les ressortissants étrangers demeurent susceptibles d’être affectés lors d’éventuels déplacements en train dans le pays.
Par conséquent, en cas de déplacement en train sur le territoire, une vigilance accrue est recommandée. Dans le cadre d’un déplacement d’affaires, il est conseillé de faire appel à un chauffeur local qualifié ou de privilégier les communications aériennes en cas de long trajet. Par ailleurs, il convient, d'une manière générale en Inde, d’adopter une attitude discrète et d’éviter tout signe ostentatoire de richesse, afin de limiter les risques criminels. 

PLUS

Partenaires

Agréments et adhésions

newsletter.png

INSCRIPTION À LA NEWSLETTER

champ-newsletter.gif